Les médias en parlent

Retour à l'accueil

les médias en parlent

La boutique officielle

Page – La revue des libraires

26 Novembre 2018

Par AURÉLIE JANSSENS, Librairie Page et Plume, Limoges


Prendre une expression au pied de la lettre, c’est le projet amusant de cet ouvrage. Les auteurs et illustrateurs ont conçu un catalogue déjanté d’articles de vente par correspondance dont chacun répond à une expression. Deux volumes recouvrent plusieurs thèmes comme l’amour, la culture, l’argent ou encore le travail. Du côté de l’amour, par exemple, si le vôtre vous a quitté, vous pourrez commander une « colle à cœur brisé ». Et si votre problème est plutôt votre cœur d’artichaut, ils ont imaginé une vinaigrette « qui endurcit les cœurs hypersensibles ». Pour l’argent, si vous avez tendance à le jeter par les fenêtres, peut-être qu’un filet à ramasser l’argent jeté vous serait utile ? Vous l’aurez compris, si ces inventions sont purement imaginaires, elles n’en restent pas moins très poétiques et c’est l’occasion de revoir les expressions imagées qui font la richesse de notre langue.

https://www.pagedeslibraires.fr/dossier-1201/catalogue-dejante-des-expressions-de-la-langue-francaise.html

Le Figaro. Langue Française. l’Actu des mots. Les ouvrages qui font aimer le français.

29 Novembre 2018


Et si la langue française donnait corps à ses images. Verrions-nous courir des lapins à chaque fois que l’on en pose? des politiciens avec des «langues de bois»? des chaussettes dans des assiettes quand on «met les pieds dans le plat»? C’est en tout cas ce qu’a imaginé le Collectif des crayons dans son nouveau Catalogue. Dadaïste, absurde, loufoque… L’album a des allures d’inventaire à la Prévert auquel on aurait saupoudré quelques idées oulipiennes. On y retrouve des mottes de beurre accompagnées d’argent, des additions salées, des gouttes qui débordent de vases. Chaque expression découvre un monde ubuesque. Alors Boris Vian et son pianocktail n’ont qu’à bien se tenir! La relève surréaliste est assurée. Et le moins que l’on puisse dur, c’est qu’elle est renversante…

Par Pluris – Pascal de Rauglaudre

https://www.pluris.fr/com/?p=2&conid=2896

Connaissez-vous la colle à réparer les cœurs brisés ? Le séchoir à poules mouillées ? Ou encore l’urinoir à pisser de rire ? Non ?

Ces objets figurent dans un tout nouveau catalogue, Objet Linguistique Non Identifié : le Catalogue déjanté des expressions de la langue française, qui en contient une cinquantaine d’autres, répartis en cinq grandes rubriques : Amour, Beauté, Bien-Être, Culture et Loisirs.

Pour pousser le réalisme jusqu’au bout, chaque objet est accompagné de sa fiche technique au ton décalé, et d’une illustration inédite du Collectif des Crayons, une équipe de jeunes illustrateurs de talent.

Ces objets sont le fruit de l’imagination de Jacques Seidmann, créateur de marque, qui s’est amusé à détourner des expressions de la langue française. « Quand on fait de la création de marque, on est obligé de triturer la langue, de trouver des formulations inédites, confie-t-il. En jouant avec les mots, on acquiert de l’agilité et de la liberté. C’est un rapport au langage qui n’est pas très fréquent. »

Improbables objets

Il y a trois ans, en entendant l’expression « langue de bois », il s’était demandé de quel bois elle était faite. Puis il l’a immédiatement associée à un « vernis à faire briller les discours ». De fil en aiguille, il n’a cessé d’inventer des objets improbables en prenant des expressions dans leur sens littéral.

Cette collection d’objets oniriques est une fenêtre vers un monde fantasmagorique. Elle crée une autre relation avec les expressions françaises, d’habitude prises au sens figuré. « Une question qui tue » ne fait pas agoniser, pas plus qu’« un rouleau de scotch ne peut réparer quelqu’un qui serait déchiré ».

En feuilletant le catalogue, on s’attend à trouver un ratatine-ordure, une tourniquette à faire la vinaigrette ou un pistolet à gaufre. Et ce n’est pas étonnant, tant l’esprit de La Complainte du progrès, de Boris Vian, imprègne l’ouvrage.

On pense aussi au groupe Feu Chatterton, qui s’interroge dans une chanson : « Il pleut des cordes, faut-il y grimper ou bien s’y pendre ? »

Le déjanté, fils de l’introuvable

Autre « grand ancêtre » de ce catalogue : le Catalogue des objets introuvables, de Jacques Carelman (1969, réédité en 2010, Calmann-Levy). Il dessinait des objets, un fusil à tirer dans les coins, des chaussures avec des parapluies au bout… Mais ces objets-là ne détournent pas la langue, à l’inverse des objets déjantés.

Après les avoir dessiné, pourquoi ne pas fabriquer ces objets ? « C’est une question qu’on me pose souvent, admet Jacques. Les gens imaginent que si on dessine des objets, il faut qu’ils existent. Mais pourquoi les fabriquer s’ils sont inutiles ? Ça doit rester un jeu intellectuel. »
Catalogue déjanté des expressions de la langue française, de Jacques Seidmann et le Collectif des Crayons, Paris, 2018, 130 p.
Il sera disponible à la librairie 108, 108 avenue de Flandre, Paris 19e, à partir du 3 mai 2018.

Aux amoureux de la langue française et amateurs d’humour absurde

Participez à l’édition du Catalogue déjanté !
« Je me suis lancé dans cette aventure le nez au vent. Au bout de trois années de recherche, mes travaux ont abouti à un livre prêt à être édité. Mais aucun éditeur n’est prêt à parier un centime sur un livre original comme celui-ci. Je le mets donc en prévente sur un site de financement participatif. »
La collecte servira à l’impression du livre aux Éditions d’Enfer, et à lancer une campagne de communication digitale pour le faire connaître.
Si les objectifs de financement sont dépassés, le surplus sera utilisé pour l’impression du tome 2. Il contiendra une foultitude d’objets incongrus, tels que « l’éponge à essuyer les dettes », « les chaussettes à mettre les pieds dans le plat », « la mousse à raser les murs », répartis en quatre rubriques : Argent, Société, Survie et Travail.

Vous ne verrez plus jamais les expressions françaises de la même façon !